Comprendre le microbiote intestinal et son rôle

Commencé à être exploré au XXème siècle, l’univers de notre flore intestinale, aussi appelée microbiote intestinal, est loin d’avoir livré tous ses secrets. C’est un véritable écosystème que nous abritons en nous, constitué de plus de 100 000 milliards de micro-organismes, principalement des bactéries mais aussi des virus, des champignons… Sa diversité et son équilibre sont essentiels à notre santé : il joue un rôle crucial dans la digestion et l’absorption de nos nutriments, participent à la régulation de notre système immunitaire et interagissent même avec notre système nerveux par un échange continu d’informations.

L’axe intestin-cerveau : comment notre ventre influence nos émotions

Mise en évidence ces derniers années, l’existence de l’axe intestin-cerveau a révolutionné notre compréhension de la santé mentale. Intimité du cerveau contrôlant nos émotions et de notre microbiote spécialiste de notre vie intestinale, cette voie de communication bidirectionnelle est une véritable autoroute d’informations. Ainsi, des déséquilibres dans le microbiote (causés par l’alimentation, le stress, les médicaments…) pourraient affecter notre humeur, notre comportement et même notre vulnérabilité face à des troubles psychologiques (anxiété, dépression…).

Les clés pour un microbiote équilibré au service de notre santé mentale

Pour soigner notre esprit via notre ventre, la première chose à faire est d’adopter une alimentation riche et variée. Priorité aux fibres (fruits, légumes, légumineuses, céréales complètes) qui nourrissent les bonnes bactéries, et on évite les aliments ultra-transformés, pauvres en nutriments essentiels pour notre microcosme digestif. Les probiotiques, ces bonnes bactéries qui enrichissent notre microbiote, peuvent aussi être une solution, tout comme la pratique régulière d’une activité physique, le sommeil réparateur et la gestion du stress, qui impactent aussi l’équilibre de notre flore intestinale.

D’après une étude publiée dans le Journal of Psychiatric Research, des patients traités pendant 8 semaines avec des probiotiques présentaient une amélioration marquée de leurs symptômes dépressifs comparés à un groupe placebo. Une autre, parue dans Scientific Reports, a montré que l’activité physique régulière modifiait la composition du microbiote et avait des effets bénéfiques sur l’humeur des participants.

Le lien entre microbiote et santé mentale est un domaine en pleine exploration, plein de promesses et d’espoirs. Il nous fait prendre conscience, une fois de plus, que tout est interconnecté dans notre organisme et qu’il est crucial d’en prendre soin globalement. Et si le bonheur se cultivait aussi dans nos intestins ?